Le scoubidou…so vintage

objets déco vintage scoubidou

Ce petit fil en plastique coloré est apparu dans les années 50. Les petits en font des porte clés, les grands éprouvent le même plaisir à en faire des meubles et autres objets déco. Les années 60 en étaient dingues. Le fauteuil Acapulco est reconnu comme la pièce emblématique de ce matériau aux multiples qualités. Né à Mexico, sous les doigts d’un artisan anonyme, il a connu un immense succès et est aujourd’hui réédité, réinventé, décliné. Depuis une dizaine d’années en effet, le scoubidou séduit de nouveau les designers. Mais pourquoi sommes-nous tous fous de scoubidou?

 

Tressage coloré

bouteille scoubidou

Le scoubidou a donné une dimension ludique au tressage. On tresse du papier, du cuir, de l’osier, du fil. Et pourquoi pas du fil plastique? Il est facile à travailler, et sa palette infinie de coloris ouvre le champ de la créativité.
Il a donné un coup de jeune aux bouteilles tressées en osier : les bouteilles en scoubidou font partie de ces créations loufoques des années 60. On en trouve de toutes les couleurs, aux motifs variés. Kitsch? Pas tant que ça. Elles font sourire ou grincer des dents, alors oui, +1 pour le kitsch. Mais elles ne sont pas démodées, parce qu’elles ne sont pas figées dans une époque. Le scoubidou est drôlement futé : en faisant preuve d’audace tout en en respectant un art traditionnel,  il échappe au dédain.

 

corbeille en scoubidou

 

 

Et voici une corbeille en scoubidou. Elle date des années 50, mais elle a un aspect très moderne finalement.

 

 

Le scoubidou ne rompt pas avec une tradition, il la ravive au contraire, avec humour mais dignement car il a de beaux atouts. On ne peut que lui reprocher sa nature peu écologique; le plastique n’est pas considéré comme un matériau noble, certes. Mais il est flexible, et très résistant. Les assises en scoubidou des années 50/60 sont très confortables : elles  épousent le corps, et le fil retrouve sa forme dès qu’on se lève. On comprend pourquoi il attise l’intérêt des designers : il se prête à de nombreuses esthétiques, il est mou quand il est lâche, stable quand il est tendu, il est ergonomique…what else?

Légèreté du fil

Le mobilier des années 50/60 était généralement composé d’une structure en tube métallique ou en bois. Les chaises, fauteuils, mais aussi porte revues, étagères, porte bagages, étaient très légers, de par leur poids mais aussi de par leur visuel. Avec peu de fil et beaucoup de transparence, le design scoubidou mise sur le minimalisme. C’est aussi ce parti pris qui nous plait, car une pièce de mobilier en scoubidou s’intègre aisément dans un intérieur contemporain.

tabouret scoubidou

porte revues en scoubidou

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *